Rapport 2022 sur le développement durable

6 A propos du développement des activités commerciales du groupe Girsberger Rétrospectives 2021|2022 Perspectives pour l’exercice 2023 Les tensions économiques liées à la pandémie du Covid 19, bien que moindres, ont également été perceptibles en 2021. La pénurie mondiale de matières premières et de capacités de transport s’y est ajoutée et s’est avérée particulièrement problématique. Le manque de disponibilité a non seulement provoqué plus qu’un triplement des coûts du fret pour les transports en conteneurs, mais également une hausse considérable des prix d’achat de nos milliers de composants en bois, en acier, en plastique moulé par injection et en aluminium moulé sous pression, car les prix des matières premières nécessaires à leur fabrication ont augmenté à plusieurs reprises. Afin de maintenir notre capacité de production et de livraison, nous avons été contraints, par anticipation, d’accroître massivement nos stocks de matériaux, notamment chez Girsberger Sarl en Allemagne, ainsi qu’en Suisse chez Girsberger SA pour le secteur du négoce de bois. Cette augmentation importante des stocks a nécessité un investissement additionnel non planifié, qui a eu un impact non négligeable sur les liquidités de l’ensemble du groupe d’entreprises. Au cours de l’exercice 2022, la pénurie mondiale de matières premières et l’augmentation des coûts des matériaux qui en a résulté se sont encore considérablement accélérées. De ce fait, nos stocks de matériaux ont dû être maintenus de manière constante à un niveau élevé. Grâce à ces mesures qui ont requis des capitaux importants, nous sommes parvenus à assurer une disponibilité permanente dans le négoce de bois et, surtout, à garantir la disponibilité sans rupture de toutes nos séries de modèles Office et Home et à maintenir nos délais de livraison habituels. Les entrées de commandes ayant été satisfaisantes, l’ensemble des sites de production a travaillé à pleine capacité voire même en surcapacité durant des périodes assez longues. Mais cette saturation de nos capacités de production résultait toutefois également d’un facteur aggravant, nos clients ayant comme jamais auparavant reporté à plusieurs reprises les délais de livraison de leurs commandes. Ces multiples reports de délais de livraison étaient, eux-mêmes imputables aux retards pris dans les rénovations et les nouvelles constructions de bâtiments causés par la pénurie de matières premières. La pénurie de matières premières a donc eu un impact considérable sur notre productivité. En effet, les reports successifs des délais de livraison par nos clients ont exigé de tous nos sites de production une charge de travail additionnelle considérable: depuis l’administration des ventes, en passant par la planification et la gestion de la production jusqu’à la fabrication, l’emballage, l’expédition et la mise en place chez les clients. De ce fait d’innombrables heures de travail non productives n’ont pu être facturées. A cela se sont ajoutés des coûts supplémentaires pour du personnel auxiliaire externe ainsi que des trajets additionnels pour les approvisionnements et les livraisons, qui à leur tour n’ont pu être facturés. Ces difficultés, ainsi que la forte augmentation des dépenses en matériel, dont les coûts additionnels n’ont pu être que partiellement facturés, n’ont pas permis de dégager un résultat satisfaisant au niveau de l’ensemble du groupe pour l’exercice 2022: Après correction des effets de change et de consolidation, le chiffre d’affaires total net a augmenté de +3,2% en 2022 par rapport à l’année précédente. Avec un bénéfice consolidé après impôts directs de seulement CHF 7000, le groupe n’a pu atteindre qu’un résultat équilibré. La disponibilité des matières premières s’est dans l’intermédiaire nettement améliorée. Une baisse des coûts des matières n’est toutefois pas en vue, notamment en raison de la forte hausse des prix de l’énergie. Les tendances observées depuis plusieurs années sur le marché du mobilier de bureau se poursuivent conformément aux attentes: Dans les grandes agglomérations notamment, l’espace de bureau est également, de plus en plus souvent, un espace de vie, et l’espace de vie à domicile se transforme également en un espace de travail. Cette évolution entraîne une nouvelle réduction des postes de travail personnalisés et des surfaces consacrées aux postes de travail non personnalisés. Parallèlement, les besoins en mobilier de bureau des entreprises diminuent. Cette situation a pour conséquence de maintenir les prix de vente nets sous pression. Néanmoins, certaines tendances actuelles nous sont favorables. Deux aspects fondamentaux figurent au premier plan:

RkJQdWJsaXNoZXIy NjQ1